L’Empereur d’ici-bas

Le saint-roi rends ma peau percée à toutes les choses démoniaques,
Il a coupé le fil du serment en traversant le pont d’eau
ses mains parlent, de tête brisées et de l’age des oiseaux,
Les étoiles grattent à la surface de l’eau sur les ailes du Lac
et inscrivent : « Cris fort, donne nous tout, Bateleur, cris le plus fort possible si tu as peur de tes ténèbres,
Nous connaissons tout tes rêves, mais nous ne pouvons en sauver aucun
Plonge ton regard dans l’eau, Tu nous verra renoncée et te donner tout »

- Quelle chance ai-je a laisser ses gouttes traverser ma tête, sous ce pont ?

des Enchantements d’argents, une peau turquoise et des yeux de feu ?

j’ai pris ce qui était votre, je connais vos peurs, vos joies, vos regrets et je les porterais comme un héritage, car, étoiles, je vous vois toutes, je vous connais toutes.

Laisser un commentaire

Le miroir de Lorient |
Palette poétique |
carabobolivar.unblog.fr |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Carassius Auratus
| Jesypoesy
| Leslivresdejandem